Archive for the ‘Communauté Internationale’ Category

image

Marc Ravalomanana ; Photo: Google

Le grand méchant loup est-il celui qu’on veut que l’opinion croit?

26 Janvier 2009: incendie et pillage des entrepôts-magasins de TIKO autour de l’île et à Tana.

Le commandement des forces armées s’était enquis auprès du Président Ravalomanana:
– inona ny baiko Andriamatoa Filoha? (quels sont les ordres Monsieur le Président?)
– ay? Izany ve letsy? Avelao lesy ry zalahy haka raha naona a… (ah bon? C’est vrai ça “l’ami” (letsy = l’ami, mec, mon pote, beau gosse, mon mignon etc)? Laissez les prendre s’ils ont faim)…
Et ce jour là, aucun coup de feu n’a été tiré sur la horde sauvage qui s’est abattue sur les MAGROs d’Antananarivo. Les seuls morts décomptés étaient ceux qui étaient carbonisés par les incendies que “les leurs” ont commanditées. Cela, tout le monde le sait même si quelques intérêts s’empressent de balayer ces indices sous le tapis. Le reste, si un jour une Justice s’intéressait aux versions non officialisées, nous croyons qu’il reste des témoins qui attendent. Pour un Malgache, 6 ans de plus ou de moins ne change plus grand chose.

Les hommes d’affaire de la place (malgaches et étrangers) avaient l’habitude de se plaindre auprès des instances du FMI, EU, Banque Mondiale et bien sûr l’ambassade de France et un peu les autres ambassades sur la mauvaise gouvernance du Président Ravalomanana. Ils se plaignaient des dispositions en faveur du groupe TIKO et qui les empêchaient de développer leur business au profit de l’économie locale.

Bien? Depuis qu’ils ont financé la destruction les actifs du groupe (d’où voulez-vous d’autres que l’argent vienne?), et donc qu’ils avaient le champ libre pour enfin faire vraiment décoller l’économie de ce pays, où en est-on exactement? Car si Ravalomanana et son groupe étaient la cause des maux du pays, ne serait-il pas logique que l’effet immédiat ou en 6 ans de leur disparition devrait se traduire en un grand mieux-mieux ou du moins un léger mieux sur tous les indicateurs socio-économiques du pays? Laissons de côté les fortunes personnelles des personnes qui étaient venus se plaindre auprès des instances sus-dites, mais ici encore, si une justice s’intéressait des vrais raisons des crimes, elle devrait se poser ses questions. De la même manière que les fins limiers du coup d’état cherchaient systématiquement qui étaient les commanditaires désignés en essayant de tracer les financements (pas vraiment pour trouver les coupables mais surtout pour confisquer tout argent suspect… ahem), une justice compétente cherchera à retracer les flux d’argent qui circulaient à cette période.

Conclusion intermédiaire:

Messieurs de la communauté internationale, vous vous êtes indirectement rendus complices d’un stratagème dont le seul objectif était de “descendre à tout prix monsieur Ravalomanana” afin d’enrichir quelques personnes. Au-delà de toutes considérations morales, cela reste tout à fait à l’opposée de votre mission qui, en général, et nous vous croyons sincères, cherche à améliorer le bien-être de la majorité de la population.

Ce n’est pas fini. En 2005, le Président Ravalomanana a demandé aux industriels et hommes d’affaire malgaches d’importer du riz pour éviter une crise du riz. Comme pour ces 6 ans passées, il a fait confiance et a attendu. Ne voyant rien se passer, le président a donné l’ordre au groupe TIKO d’importer du riz malgré les protestations du management car l’opération s’annonçait être une perte pour le groupe: en effet, pour obtenir de bons prix, les transactions se négocient généralement au moins 6 mois à l’avance au moins pour les commodités).
Au moins une personne lui a demandé pourquoi il a fait cela. Et il est plus que probable que les instances toujours sus-dites lui ont également posé cette question: pourquoi avez-vous fait cela monsieur le Président?
“Nanahy aho lestsy hoe te hi-saboté ahy ireo a; gravy be eto amin’ny firenena raha misy krizim-bary, hitako hoe ela loatra ry zalahy kanefa ny mosary mananintanina dia nasaiko nataon’ny TIKO; miteny an’lahy aho fa perte TIKO amin’io”. (“j’ai craint qu’ils me sabotassent mon bon ami; c’eut été grave pour le pays, eusse-t-il une crise de riz, et je vis qu’ils traînassent de la savate alors que la famine s’annonçait -dans le Sud-; j’ai alors ordonné à TIKO de s’engager; et je t’assure que TIKO est en perte dans cette affaire”)

Conclusion intermédiaire 2:

Le Président a effectivement mélangé affaires de l’Etat et son business personnel.

En 2006, prix du riz: 700 Ar/Kg, prix de l’huile 2400 Ar/l

En 2014, soit 6 ans après son éviction, et même en comptant l’inflation
Prix du riz: 1300 Ar/kg, prix de l’huile 4500 Ar/l

En général, si on veut s’enrichir, il aurait fallu que TIKO augmente ses prix non? Au cours de ces 6 ans, où sont donc passées ces différences dans les prix des PPN?
Au jury de se prononcer sur le motif du crime et si l’inculpé est vraiment le coupable.

Alors après, il y a toute une histoire sur les dispositions fiscales qui donnaient des privilèges indus à TIKO. Si cela était avéré, les sentences habituelles sont de l’ordre du redressement fiscal plus pénalités. Il a été largement porté à la connaissance du public que le régime de Rajoelina “a pris ses responsabilités”: en plus de détruire tout l’actif du groupe, le régime a utilisé ses pouvoirs de faits pour redresser et pénaliser le groupe TIKO. Les experts comptables approuveraient-ils cette façon de régler les comptes? En tout cas, il semble que cela ne suffit pas…

D’où vient cette haine?

Proposons une autre formulation de la même question? Que représente Ravalomanana pour qu’on cherche à l’enterrer définitivement?

Continuons cette histoire de privilèges fiscaux indus.
La lutte anti-corruption avançait avec Ravalomanana (revoir les progressions des indices du TI et Doing Business). Mais comme on dit, Rome ou même la Route des Hydrocarbures ne s’est pas fait en un jour, et il y avait encore beaucoup à faire. Un ministre en qui Ravalomanana avait confiance à l’époque, s’adonnait à coeur-joie dans les pratiques douteuses classiques d’enrichissement personnel. Et il avait l’habitude de se couvrir par un “ça vient d’en haut” accompagné d’une petite grimace innocente. Les victimes n’avaient pas l’habitude de vérifier si cela venait effectivement d’en haut. En haut, à cet étage, ne pouvait être que soit le Premier Ministre, soit le Président. Mais sures de leur intelligence et de leur scoop, elles allaient directement se confier aux instances internationales, toujours sus-dites plus haut. Jusqu’au jour où finalement d’autres hommes du Président ont eu vent de l’affaire…
Ce ministres ultra-riche baigne aux côtés des gens du régime du coup. Il a même été candidat et a perdu un peu d’argent de poche dans l’aventure.

Conclusion intermédiaire 3:

Si toi y en as être à l’origine de toute cette merde qui met quelques personnes suffisamment intelligentes dans l’embarras, et le reste des 60-70% de tes amis, familles, voisins dans la pauvreté de plus en plus extrêmes.
Si toi y en as avoir trouvé le bouc émissaire idéal -quoique faire attention sur ce point- en la personne de Ravalomanana pour faire porter le chapeau pour que tu puisses continuer à t’enrichir plus (puis que les Malgaches l’acceptent puisqu’ils ne disent rien)
Si toi y en as voir que la Communauté Internationale ne va pas bouger plus que cela
Quoi toi faire?

A la justice et aux forces de l’ordre et armées

Il y a des gens biens parmi vous encore épris de cet idéal de justice et d’ordre. Je ne sais pas ce que vous attendez. Mais tout ce que je sais, ce seront ceux qui bougent qui feront l’histoire du pays. Sinon, bienvenu dans l’antichambre de l’enfer.

A la population qui souffre

Nous sommes fatigués. Il y a une pression sur le bouc émissaire pour maintenir l’ordre. Cela veut dire: ne sortez pas dans les rues. Mais cela ne veut pas dire “fermez vos petites gueules petits Malgaches de merde”. Trouvez un moyen pour vous faire entendre en continue pour que le monde entier sache comment une minorité avec des complices étrangers manipulent toute une nation.
De cette manière il sera de plus en plus cher pour le régime de maintenir un système de communication à l’intox et de transformer de purs mensonges en vérités. Comme ce genre de profil psychologique est plutôt pleutre et égocentrique, il y aura une dé-solidarisation; il ne suffit que d’un: Akbaraly se prépare à partir de Mada. D’autres suivront.

A l’AV7

Pour son patrimoine, Ravalomanana a ordonné de ne pas tirer sur la foule. Qui vous paye pour vous faire dire que c’est lui qui a donné l’ordre de tirer sur vos amis et familles? Pourquoi ne croyez vous pas ce que le Lt-Col Charles dit: que les coups de feux mortels ne venaient pas du palais? Pourquoi ne réclamez vous pas avec autant d’acharnement une enquête mais une condamnation sans enquête de l’ancien Président Ravalomanana.

Aux gens du régime

Vous pouvez continuer à faire croire à la CI et aux autres Malgaches que c’est Ravalomanana la faute de tout ceci. Les “ampamoaka”, vous ne l’avez pas fait jusqu’ici parce que cela mettrait immédiatement en danger bon nombre de vos copains civils et militaires. Vous avez vos connexions. Le reste des 60-70% va s’organiser pour fédérer les leur. Ce n’est pas forcément pour protéger Ravalomanana: c’est tout simplement parce que votre stratégie est en train de s’effriter et la population va être instruite sur ce qui se trame.

Rien ne va plus; vous pouvez toujours jouer.

[Anonyme]

MarcRavalomanana

Former president Marc Ravalomanana finally stepped on the Malagasy territory, his homeland on sunday 12th october in the night. A land where his followers call him: Dada, or father. Where he was once democratically elected as Chief of State then thrown out of power by a controversial coup d’état in 2009. A transition government was put in place reigning over the not so glorious years of political instability. This time around, Dada successfully entered the Malagasy territory without the typically mediatised declaration of his arrival. Surprising many of his followers – Dada is back !

Back to bickering 
Dada’s arrival was followed by predictable controversies. The current President Rajaonarimampianina announced that he has been arrested, emphasis added, to ensure his safety. Dada has actually been placed “in a supervised area” to ensure his safety. Clearly he has been invisibly hand cuffed and imprisoned by the authorities in a naval base in the North of the island in Diego Suarez. None of the Government officials hierarchically competent to decide on such matter was present at the conseil de gouvernement that was to decide on Dada’s fate. General Dominique Rakotozafy, minister of Défence, Didier Gérard Paza, secretary to the gendarmerie nationale, as well as the minister of “public security” who would be the principal decision maker on such issues were not involved the meeting. Once again, the lack of transparency on defining events in Madagascar’s political future is not surprising.

Dada « the martyr? » 
Where should we start? A shady house arrest, that was not decided by a tribunal, without a warrant, I presume, thus devoid of any legal basis. It was in fact a decision taken by the conseil de gouvernement, thus by the executive branch. Should we call it a “kidnapping” or an “arbitrary arrest”? Thus in violation of the rights of a former Chief of State, a legislation upheld in Madagascar as well as articles 5 and 9 of the Universal Declaration of Human Rights which was ratified and implemented by the Malagasy Government.

If Ravalomanana, was a danger to another person, to the population, to national security, similar measure emanating from the legislative branch could potentially apply. However, as President Rajaonarimampianina declared, he had been locked away in Diego on the basis of security threats. In the legislation on the rights of former Chief of State, it is possible to assign military type of surveillance if such threat is suspect and there are reasonable grounds that Dada was indeed in danger. Needless to say, it is only a matter of the most simple research to conclude that Dada under house arrest was an arbitrary decision.

The government of Rajaonarimampianina should calculate his actions carefully since such blatant abuse of Dada’s right is unacceptable even when rubber stamped by the SADC and FRANCE, who in fact congratulated him on obvious violations.

To be continued ….
The contradictory opinions of the international community : SADC and la belle FRANCE

Michaella A’solo
The Hague

En regardant la qualité et la quantité du MAPAR (nouvelle plate-forme politique de l’ancien putschiste d’Andry Rajoelina), il n’y a que des hommes politiques malhonnêtes et dépourvus de consciences qui la garnissent. Nous allons, citer et prendre exemple sur quelques uns de ses membres. La façon, dont ils ont géré et conduit les affaires de l’Etat, durant le règne du Disc Jockey. Ainsi, que la réputation qui les précède vous serons décortiquée. Sur ce, pour votre information, je vous invite à suivre avec intérêt les liens introduis dans ce post. 

image

Christine Razanamahasoa: Réputée comme le mal incarné

Ancienne ministre de la justice. Depuis, l’achèvement de Andry Rajoelina, durant le régime de la transition. Cette actuelle, présidente de l’Assemblée Nationale, n’est autre, que cette femme complice de putsch, de tuerie et amie des corrompus. Sans oublier, la dénonciation du département d’état américain, pour complicité et irresponsabilité concernant la traite des personnes à Madagascar. En somme, c’est le mal incarné.

image

Haja Resampa: Spécialiste en appropriation frauduleuse de deniers publics

Ancien Secrétaire General de la présidence de la Transition. Fort, d’une réputation de machiavélique. Proposer son nom comme premier responsable de l’exécutif, est une insulte vis à vis de la population malagasy. Pour la bonne et simple raison que c’est un spécialiste en appropriation frauduleuse de deniers publics.

image

Jao Jean: Célèbre pour son attirance sexuelle envers les adolescents et les enfants

Ancien membre du Conseil de la Transition (CT). Actuellement, élu député de Madagascar sous la couleur du VPM-MMM. Ce dernier, a été examiné par la justice, à cause de son attirance sexuelle envers les adolescents et les enfants. Comme par magie, l’homme qui a fait la couverture de tous les journaux nationaux, qui devait croupir en prison pour abus sexuel envers des mineurs, a été innocenté par des juges pourris. Tout cela s’est passé, sous les yeux de l’actuelle présidente de l’Assemblée Nationale et ancienne ministre de la justice Christine Razanamahasoa.

Enfin, si je ne m’abuse, Christine Razanamahasoa, Haja Resampa et Jao Jean portent des noms de chenapans hors pairs. En ce troisième millénaire, la population malagasy reste en mode d’hibernation, en terme de lutte contre toute forme d’injustice sociale et de pauvreté. Ceci étant, la question qui se pose est la suivante: « Mérite-t-elle ce genre de considération de la part de nos gouvernants? »




  • Catégories

  • RSS Pakysse au somment de l’ONU sur le Changement Climatique

    • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.
  • Foko on Twitter

  • RSS Foko Blog Club

    • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.
  • Commentaires récents

    mzar su sur Tsy dokam-barotra ity fa ny ka…
    music marketers sur BARCAMP MADAGASCAR
    bizinfo18 sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Rasoarimanana sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    http://goanalyze.inf… sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Heaven sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Irish sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Randi sur RT@Leo Politika Maloto: Intern…
    Jeana sur ANDRY RAJOELINA : Un charlatan…
    Etta sur Misaotra an’i Silo
    Stretch sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Coralie sur March 20, 2009
    Velvet sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Carley sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Lucinda sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…