Toavina

Toavina Ralambomahay est un ami de longue date. De formation juridique, journaliste et consultant. Il est aussi un citoyen engagé dans la lutte contre toute forme d’injustice. Dans son livre intitulé « Madagascar dans une crise interminable », il nous livre un point de vue critique et acerbe dans l’art de pratiquer la politique.

140 pages. Elles se lisent en 1h30 chrono en main ! Chaque paragraphe, chaque phrase est une balle. L’ensemble est une mitraillette qui tire sur les politiques bien sûr, mais aussi sur vous, citoyen. Plus étonnant encore, les flèches acides sur la communauté internationale. Toavina n’en rate pas une.

Le livre qualifie la crise d’interminable depuis 2011. La presse traditionnelle aujourd’hui en prend conscience et TV Plus a fait une émission « tetezami…tatra » ou « Transition à perpétuité ». À lire l’auteur, on dirait qu’il base son qualificatif d’interminable davantage pour un problème de justice à Mada que pour la durée de la crise en soi.

Il n’est pas le seul à avoir écrit sur les crises à Madagascar. Le Père Rémi Rahajarizafy a écrit sur 1972, plusieurs dont Didier Ratsiraka avec le journaliste de LCI Eric Revel ont écrit sur 1991 ; Razanamasy aussi a sorti son bilan de 1991 ; Nicolas Pesle, Patrick Rajoelina, sur 2002 ; Gisèle Rabesahala a livré ses mémoires qui vont plus loin que 1947. Et sur 2009, Solofo Randrianja, professeur d’histoire, a sorti à Karthala un ouvrage de 350 pages avec 10 autres auteurs comme le juge international Raymond Ranjeva. Et Patrick Rasolofo, avec d’autres universitaires ont sorti à l’Harmattan un livre sur les impacts de la crise sur les paysans.

Le mérite est peut-être là. Car « Madagascar dans une crise interminable » paru aux éditions l’Harmattan à Paris a été écrit par un jeune. Il a été édité à 29 ans. Et c’est un engagement citoyen et non un mémoire ou une thèse universitaire.

Le problème à Madagascar (enfin…entre autres…) rare sont les personnes qui osent écrire et lire est un luxe que les paresseux ne peuvent pas se permettre. Il est vrai qu’écrire c’est se livrer. Livrer sa pensée au monde, accepter de se faire critiquer, prendre le courage de faire avancer le débat et non rester indéfiniment sur les interrogations genre « le Padesm ou le MDRM est-il le traitre ». Ça fait 50 ans qu’on en parle. Pour 2009, si personne n’écrit, les questions-débats genre « 2009 est –il un coup d’Etat », « Ravalomanana a-t-il bien fait de donner les pouvoirs au militaires ou non ? » etc. seront…interminables.

Son but aujourd’hui est de publier un ouvrage qui recense des phrases bêtes qu’ont dit les hommes politiques malgaches. Du genre Bushism en Occident. Une autre manière d’appréhender la démocratie.

Enfin, chacun à sa façon de voir le déroulement des événements politiques de l’histoire de Madagascar depuis notre indépendance jusqu’à aujourd’hui. Tout homme qui se respecte, pour une cause juste, a une obligation intellectuelle d’informer autrui. Sinon, les écrits restent et leurs lectures instruisent et éduquent.

Légende : Madagascar dans une crise interminable édition l’Harmattan. Disponible chez votre libraire habituel ou sur priceminister.com ou amazon.com


  1. Fanirisoa

    bonjour je suis une eleve de l’universite de maurice et je voudrais avoir un contact avec des journalistes par mail ou par reseau social car je sui a ecrire une these qui touche la crise politique de 2009 et sa relation a l’histoire. Quelqu’un pourrais m’aider?




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


  • Catégories

  • RSS Pakysse au somment de l’ONU sur le Changement Climatique

    • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.
  • Foko on Twitter

  • RSS Foko Blog Club

    • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.
  • Commentaires récents

    pakysse sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    fnavalona sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    doda sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Anonyme sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Bisa sur DIASPORA MALAGASY: Aza omena a…
    jose sur Ny mpiambina ny tananako dia t…
    Prysca sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    anjara steven sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    ralooo sur Iza no mbola mila any RAJOELIN…
    raloo sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    ralooo sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Abi sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Joany sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    fnavalona sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Anonyme sur Iza no mbola mila any RAJOELIN…

%d blogueurs aiment cette page :