Dans de nombreux pays, l’accaparement de vastes territoires se poursuit et s’amplifie. Par des gouvernements étrangers désireux d’assurer leur propre production alimentaire à moindre coût, par les sociétés agroalimentaires et les investisseurs privés attirés par de nouvelles sources de profits dans un contexte de crise financière. Appuyé par l’arme de la corruption, le transfert massif de terres et ses effets dévastateurs touchent de plein fouet les familles malgaches qui subissent pressions, menace et intimidations.

L’accaparement des terres à grande échelle n’est pas chose nouvelle depuis la « découverte » de l’Amérique par Christophe Colomb. L’expulsion des Maoris en Nouvelle Zélande ou des Zoulous en Afrique du Sud, celle des Palestiniens, la mainmise par les colons sur les terres algériennes les plus riches et les plus fertiles, sont autant d’exemples à mettre sur le compte de l’avidité et de la brutalité de la puissance occupante.

Gigantesque retournement après la période des indépendances, un néo-colonialisme foncier n’a cessé de s’amplifier depuis les années 1990, en particulier depuis la hausse des prix des denrées alimentaires en 2008 et la crise du système financier international. Pays à fortes liquidités mais subissant des contraintes en terres et en eau, céréaliers à la recherche de nouvelles stratégies de croissance, banques qui ont abandonné les marchés dérivés complètement effondrés, fonds de pension américains et européens se ruent sur les terres agricoles des pays du Sud. Il n’est plus question d’activités internationales classiques, d’investissement dans telle ou telle usine par exemple, mais d’un véritable contrôle des terres agricoles et des richesses naturelles, d’une nouvelle forme d’invasion territoriale. Expulsés, sans consultation ni dédommagement réel, les petits producteurs entrent dans le cycle d’une vie précaire, rejoignent les bidonvilles des grandes villes ou deviennent ouvriers agricoles sur leurs propres terres (cf. Golias Hebdo n° 71).

La situation est devenue particulièrement difficile, voire explosive à Madagascar, un des douze pays les plus pauvres du monde, mais dont les potentialités aiguisent les appétits. Des milliers de familles sont chassées des terres sur lesquelles elles vivent souvent depuis plusieurs générations. Face aux convoitises, seule la possession d’un titre ou d’un certificat foncier permet d’entreprendre des actions de justice en cas de conflit. La procédure est longue, compliquée et peut coûter jusqu’à 30.000 ariary (11,50 euros). Mais il faut savoir que le Smic malgache est à 60.000 ariary (23 euros) et qu’un instituteur bien payé peut gagner 40 euros. La situation se complique pour les terres qui ont gardé leur statut colonial après l’indépendance en 1960 et appartiennent à l’Etat, et sur lesquelles les familles n’ont aucun droit sur le plan strictement légal. La majorité d’entre elles ne possèdent aucun recours, se retrouvent sans abri ou même en prison. Parfois même, des familles sont expulsées malgré la possession d’un titre ou d’un certificat foncier. Une véritable aubaine, d’autant que fort opportunément la loi interdisant la vente de terres aux étrangers n’a plus cours depuis l’année 2008.
La loi sur les investissements (2007-036 du 14 janvier 2008) permet désormais à des sociétés étrangères d’acheter des terres sous couvert d’une société malgache.

Main basse sur les terres

Le plateau de l’Horombe, au sud de Madagascar, soulève bien des intérêts. Des dépossessions de terrains ont déjà eu lieu lorsqu’une société indienne, Landmark, venue officiellement pour planter du maïs, s’est implantée le long de la nationale 7, la route du Sud qui relie Antananarivo (Tananarive) à Toleara (Tuléar) sur la baie de Saint-Augustin. Villages déplacés, tombeaux détruits, comme les vatolahy et les hazo masina (pierres dressées et arbres sacrés), et en réponse aux démarches et courriers des villageois, menaces, pressions et forces de l’ordre. Et comme la nationale 7 draine la plupart des flux d’importation et d’exportation, ainsi que les principaux produits alimentaires, il était devenu urgent de prévoir des travaux sur le maillon de 40 km restant demeuré à l’état de chemin de terre. Ce qui fut entrepris en avril 2004, avec un financement de l’Union européenne à hauteur de 5,7 millions d’euros. Les esprits chagrins y verront peut-être une histoire de lobbying, en prévision de la venue d’autres candidats… Selon un correspondant sur place, une société qui opère à Satrokala dans une plantation de jatropha (agro carburant, produit une huile proche du diesel) a des visées sur des nouveaux terrains situés dans trois communes rurales : Satrokala, Andiolava et Ambatolahy (province de Fianarantsoa, région de l’Horombe). « Ils paient les maires pour faire pression sur les villageois, pour qu’ils acceptent de partir, les tombes sont déplacées (…) Des vahaza (des « Blancs ») armés jusqu’aux dents les accompagnent. Vendredi dernier (30.09.2011), ils sont venus dans le village d’Ambararatabe, et entendent là aussi déplacer des tombeaux. Les gens ne sont pas d’accord, étant donné la surface qu’ils veulent accaparer, dont une bonne partie du terrain de l’école. C’est le maire et son adjoint qui les menacent, et viennent parfois avec des personnes politiques de la région pour leur faire peur et se justifier de leurs actes. » Témoignage significatif d’une réalité vécue au quotidien depuis des années. Un autre drame est en train de se jouer dans le Sambirano (nord-ouest). L’Etat est en train de vendre une ancienne plantation de cacao à des repreneurs malgaches qui ne semblent pas vouloir accepter les transactions des familles occupantes actuelles.

Le peu d’investissements agricoles de certaines sociétés dans l’Horombe laisse supposer qu’il pourrait s’agir de se réserver des terrains en vue de la prospection du diamant. Les richesses du sous-sol sont loin d’être négligeables… Pierres précieuses et semi-précieuses, or, saphirs, titane, quartz, mica, mais aussi sables bitumineux (encadré p. 4) et pétrole qui alimentent une corruption omniprésente. « Tous les jours, des hélicoptères font le va et- vient sur le plateau de l’Horombe et sont accompagnés d’hommes armés, s’inquiète notre correspondant. Varun a pris possession d’un terrain, on ne sait pas comment et pourquoi ! » Étonnant en effet, alors que des projets de cette puissante société indienne – agrobusiness (165 000 ha dans la région de Sofia), exploitation de pétrole et d’uranium – avaient été suspendus en 2009 par les autorités centrales. « Sous couvert de quelle société malgache Varun agit-il actuellement? demande le collectif Tany pour la défense des terres malgaches (Newsletter 12 du 31.01.2011). Dans quelles régions ? Répondre à ces questions, mettre au jour les contrats signés et révéler les noms des différents bénéficiaires figurent parmi les tâches urgentes et prioritaires. »

En 2009 également, le collectif Tany (une pétition en ligne) et les mouvements d’opposition au régime du président Ravalomanana avaient réussi à faire annuler le contrat entre l’Etat malgache et la société sud-coréenne Daewoo : 1,3 million d’hectares, la moitié des surfaces arables du pays, pour la production d’huile de palme et de maïs, exportés pour l’essentiel vers le marché coréen. La même année, un accord d’exportation d’eau à destination de l’Arabie saoudite avait lui aussi été annulé face aux protestations. Il s’ensuivait la chute du gouvernement et la mise en place d’un Conseil supérieur de transition, qui n’a pas semble-t il ralenti de juteux accords. Membre dudit Conseil, le sénateur Soja Jean André dit Kaleta demandait au sénateur UMP Jean Faure, président du groupe parlementaire d’amitié France-Madagascar (tout à fait désintéressé, est-il besoin de préciser…), lors de sa visite en août 2011, le soutien de la France dans la tenue de prochaines élections. Si Kaleta se présente, compte tenu des exemples françafricains, il a toutes les chances d’être élu. Les mallettes « à la Bourgi » vont gonfler un peu plus et les multinationales françaises se feront une joie d’ajouter Madagascar à leur tableau de chasse. Prévisions électorales obligent, car la concurrence est rude, après les affrontements du 20 août 2011 entre des familles et les forces de l’ordre à Ampahigidro (Mahanjanga), le président de la Haute Autorité de transition Andry Rajoelina décidait que le projet Trano mora (habitations à loyer modérés) serait transféré sur un site non litigieux. Selon un document aux mains des topographes, 169 familles étaient concernées par une expulsion.

Haro sur l’Afrique

L’Afrique, où se situe la moitié des 445 millions de terres disponibles dans le monde, est particulièrement ciblée, suivie par l’Asie, l’Amérique latine et l’Europe de l’Est. Que cherche-t-on ? Des terres fertiles avec une disponibilité en eau, un sous-sol prometteur, une politique foncière favorable et une main d’œuvre bon marché de préférence peu consciente de ses droits. Recette imparable pour des profits rapides et colossaux. Avec comme devise « après moi le déluge », devant les risques de déstabilisation et les effets environnementaux dévastateurs à l’échelle de la planète.

Un rapport de l’Oakland Institute (Etats-Unis) du 30 mai 2010 accuse la Banque mondiale de faciliter l’accaparement des terres en Afrique par des groupes privés étrangers. « Après la crise alimentaire et financière de 2008, la Banque devait jouer un rôle central dans ce qui aurait dû être une offensive en faveur de la sécurité alimentaire dans les pays en développement », affirment Anuradha Mittal et Daniel Shepard, les auteurs du rapport. « Les faits révèlent que par le biais de ses programmes « Access to land » et « Land market for investment », le Groupe de la Banque mondiale est en train de faire le contraire. » Près de 50 millions d’hectares de terres cultivables sont aux mains d’investisseurs privés, et depuis 2004, 2,49 millions d’hectares ont fait l’objet de transactions rien que dans cinq pays africains : Ethiopie, Ghana, Madagascar, Mali et Soudan.

Le rapport Oakland poursuit en pointant le rôle de la Société financière internationale, filiale de la Banque mondiale, qui pousse les Etats à modifier leur législation (foncière notamment) afin de faciliter l’implantation de groupes privés. Cette accusation de collusion n’est pas nouvelle… La Société financière internationale sert de « conseiller » aux Etats, en Afrique principalement, elle a parfois des intérêts dans des projets et détient des parts dans les sociétés qui investissent.
Au moment où le Programme alimentaire mondial essaie de nourrir 5,6 millions de réfugiés au Darfour, le Soudan vend ses terres pour exporter des denrées alimentaires ; même topo aux Philippines et au Cambodge où un demi-million de personnes sont sous-alimentées. Actuellement, le Kenya doit faire face à une arrivée massive de réfugiés somaliens, alors même que les deux pays concernés se livrent à des ventes de terres. Curieusement, les « grands médias » et leurs envoyés très spéciaux n’ont rien remarqué.
Eva Lacoste

Repères : Nouvelle menace : les sables bitumeux

Mélange de bitume brut, forme semi-liquide de pétrole brut, les sables bitumineux aiguisent les appétits. Ils se situent essentiellement dans la région de Melaky (province de Mahajanga, partie occidentale de Madagascar), explorée depuis 2008 par la Madagascar Oil et la firme pétrolière française Total. En juillet 2011, lors d’un séjour en Angleterre, la militante environnementaliste malgache Holly Rakotondralambo attirait l’attention sur les risques de cette exploitation. Elle demandait à la Royal Bank of Scotland de ne pas financer la participation de Total et
au gouvernement britannique de fixer des critères éthiques et environnementaux pour les investissements de la Royal Bank.

L’exploitation des sables bitumineux au Canada, sous la forêt boréale au nord de la province de l’Alberta, n’est pas faite pour rassurer. Leur extraction se pratique à ciel ouvert lorsque les gisements sont situés directement sous la surface du sol, et pour les gisements plus en profondeur en injectant de la vapeur d’eau à haute pression mélangée à des substances chimiques afin de séparer le bitume du sable. L’eau est ensuite stockée dans des lacs artificiels où se concentrent des composés toxiques (méthane, anhydride sulfureux…). Avec des conséquences sur l’environnement et une déforestation de l’une des plus grandes forêts anciennes du monde. Des grandes compagnies pétrolières ont déjà investi : américaine (Syncrude), européennes (Shell, Total, BP), chinoise (Sinoprec)…

Au Canada, des études scientifiques ont mis en évidence une hausse des cancers et des maladies auto-immunitaires, ainsi que des mutations chez les animaux. Utilisation massive d‘eau, impact sur les écosystèmes, risques de contamination des nappes phréatiques, émissions de gaz à effet de serre ont classé en 2003 l’Alberta capitale de la pollution atmosphérique… La méthode utilisée, comme ses conséquences, ne sont pas sans rappeler l’extraction des gaz et huiles de schiste (Cf. Golias Hebdo n° 179 et 182). L’inquiétude est grande pour la biodiversité remarquable de Madagascar et pour les surfaces cultivées de la région de Melaky où les nappes phréatiques sont en nombre limité.
E.L

Source : http://www.golias.fr/
N° 204 – 4e année
Semaine du 29 septembre au 5 octobre 2011




    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s


  • Catégories

  • RSS Pakysse au somment de l’ONU sur le Changement Climatique

    • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.
  • Foko on Twitter

  • RSS Foko Blog Club

    • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.
  • Commentaires récents

    pakysse sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    fnavalona sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    doda sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Anonyme sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Bisa sur DIASPORA MALAGASY: Aza omena a…
    jose sur Ny mpiambina ny tananako dia t…
    Prysca sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    anjara steven sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    ralooo sur Iza no mbola mila any RAJOELIN…
    raloo sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    ralooo sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Abi sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Joany sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    fnavalona sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Anonyme sur Iza no mbola mila any RAJOELIN…

%d blogueurs aiment cette page :