VONJEO – SOS MPAMPIANATRA


Ny tena tiako tsindriana eto dia ireo mpampianatra eny amin’ny anjely manontolo(université) satria dia mahatsapa ny tena fa tsy azo atao ny hangina ary izany indrinadra no nampirisika ahy hisarika ny sainareo mpamaky.
vao tsy ela akory izay dia nanome vola be an-tapitrisa dolara maro ny fanjakana ho an’ny institut tsy mainkina iray eto an-tananarivo(INSCAE).ny fanombana ny universitém-mpanjakana ve sa ny fanaovana tsinotsinona ireo mana-pahaizana (mpampianatra malagasy no tanjona?antsika no misaina,mandinika faraha ny tenako manokana dia malahelo satria mahatsapa fa tsy tokony ambaniana tahaka izao ny universitém-mpanjakana.
asa angamba fa mety noho ny nahazoako sakafon-tsaina kely avy amin’ireo mpampianatra ireo no namporisika ahy hanoratra tahaka izao?maro tokoa mankony ireo mpampianatra eny Akatso no efa voky andro ka tokony andeha hisotro ronono fa nohon’ny tsy fisian’ny mpandimby toerana (relève) dia tsy hitan-dry zareo no atao!?etsy andaniny ihany koa anefa ireo mpampianatra sasany izay midonytoerana sy tsy tia hizara traikefa ka any lasa « eternel enseignant vacataire »daholo ny statut ireo mapampianatra tokony andray toran’ireo zokiny.
ny maha tonga ahyhanoratra tahaka izao moa dia ny fitiavako an’ambohitsainasy ny fahitakony tsy firarahin’ireo fanjakana nifanesy hatramin’izay ny mpampanatratsika.
rariny sy hitsiny tokoa ry mpamaky hajaina raha isana-taona dia misy ny grervin’ireo mpampianatra isaky ny universite 6 eto Madagascar.
eto am-pamaranana dia tiako kely ny hanimpy teny ho an’ireo tanora namana monina any ivelanymanam-pahaizana fa raha misy ny abjara briky afaka ho entinareo ho an’ny fampianarana eo amin’ny lafiny universitém-mpanjakana dia indro misy soso-kevitra.
fatako fa maro aminareo no tia hody an’tanindrazana fa dia tsy afa manoatra noho ny lafiny ara ekonomika ny firenena ka any lasa mandatsa-dranomaso sia no azo atao.
koa izany ny toro hevitra afaka omeko dia ny oe manaova tahaka ny « Assiciation Foko Madagascar » dia ny fanadraisana anajra lalina amin’ny fanoratan sy fanehoan-kevitra ary indrindra ny ady amin’ny tontolo iainana amin’ny alalan’ny blog satria ny hevitry ny maro hono mahataka -davitra.
« ny tady hatsipy eny an-tandroky ny omby ary ny teny kosa eny am-pony’izay mahalala »


  1. Hello Pakisse. Excellent sujet. Le sujet est si grave et aura des répercussions si négatives dans futur très proche que tu aurais même pu intituler ton post: SOS VAHOAKA MALAGASY…

  2. rmstephy

    je suis tout a fait d’accord avec toi tnr.

  3. pakysse

    comme solutions tnr?

  4. Je pense que pour trouver la solution il nous faut réfléchir à la source du problème. Il y a probablement tout un tas de raisons mais les plus évidentes pour mois sont les suivantes.
    1- Le job de professeur d’université est trop mal payé. A part de cela, cette profession n’attire pas forcément grand monde. 2 – Le système de cooptation des professeurs au sein de nos universités est archaique. Il favorise le nepotisme ainsi que la segregation. Si nous parvenons à changer ces deux choses je pense que nous ferons un pas vers la bonne direction.

  5. Mpianatr'Ankatso tamizany

    Ny système any Madagasikara mihitsy ny olana.
    Izaho manokana dia tia mampianatra (indrindra hoe eny @ université), saingy tsy mahaleo ny sarany ny vidiny ka na asa tsy mitaky fahalalana akademika aza no hataoko izao, andraisako karama ambony lavitra noho ny raisin’ny mpampianatra eny Ambohitsaina, tena faly aho. De côté aho miezaka mitana ny niveau intellectuel-ko, fa raha noana ny kibo, mivezivezy ny fanahy, hoy ny Ntaolo, ka tsy manan-kambara firy aho ny @ solution fa ny fototry ny olana rehetra ao Dago dia ny système mihitsy no mila fanovana fa io moa, izay tonga eo, variana @ paosiny sy ny hanangon-karena daholo ka dia izao no niafarany.

    • Efa nisy ny ezaka natao t@ vanin’andro teo aloha ary nisy programa efa matotra be saingy indrisy, nony tonga reto olona « hafahafa » ireto dia rava daholo ny saika fanavaozana sy fanatsarana ary fanitsiana zay diso… Mampalahelo… Mpandrava no betsaka eto Dago fa ny mpanangana vitsy dia vitsy

  6. Misaotra amin’ny fizaràna fomba fijery pakysse a! Mazotoa e

  7. pissoa

    Fa inona no antony nanomezana vola be ny INSCAE kay ? Miala tsiny fa tsy dia mahara-baovao.

  8. pakysse

    mpianatr’akatso> marina tokoa ny anao fa tena tsy mahaleo ny sarany tokoa ny vidiny fa raha mba misy soso-kevitra kely dia mba jereo ihany na dia kely aza fa tena mampahonena tokoa anie ny mijery an’dry zareo ao fa bon mety efa mba hisy fihovana angamba @ty ministra vaovao ity ka.

    tokinao> mankasitraka e!

    pissoa> nomeny fitondranm-panjakan vahana tokoa ny INSCAE fa mety oe tiana vonoana angmba ny eny ambohitsaina sa tsy dia aiko loatra fa mety koa oe ny tsy fitiavana tsotra izao ireo mpampianatra eny.
    resaka politika io ra pissoa ka aleo mangina dia aty @ blog no maneo alahelo.

  9. INSCAE

    Azafady raha hilaza ny hevitro aho fa tsy misy mitombona na ny kely monja aza ny zavatra lazainareo momba ny inscae satria famatsiana avy amin’ny BADEA io vola io fa tsy avy amin’ny fanjakana ary fanampin’izany dia miankina amin’ny fanjakana tokoa ny INSCAE (Institut NATIONAL), marimarina kokoa amin’ny MFEB (Io no ministera nahita ny famatsiana ka tsy ny azy ve no hokarakarainy alohan’ny hafa).
    Mahagaga mihitsy fa raha vao misy resaka INSCAE kely dia be vava be foana ianareo Gestion Ankatso. Tsy resabe intsony zao no ilaina ry zalahy fa asa amin’izay a!!!!
    Efa vita efa ela ny fanjakan’ingahy ANDRIAMANJATO!
    Koa dia mahaiza mihonona ary mihezaha mafy raha te hisongadina!!
    Misaotra tompoka.

    • M

      Je ne suis pas un grand essayiste, ni un grand orateur. Toutefois, je tiens à apporter ma modeste contribution à votre sulfureux débat. Le dilemme entre l’université et les instituts privés se trouve aujourd’hui au cœur de débats de plus en plus nombreux, de plus en plus houleux et de plus en plus sérieux. Choisir entre payer moins et payer plus, entre apparemment étudier plus assidûment et apparemment étudier quand bien vous semble, c’est délicat et sérieux.

      L’université est sans doute délaissée à Madagascar. Infrastructures délabrées, moyens pédagogiques et financiers insuffisants, un clientélisme qui sacrifie au premier abord la qualité de l’enseignement dispensé. Ceux qui dénigrent l’université pour toutes ces raisons citées plus haut et pour plus encore ont parfaitement raison sur ce point. Comment accepter que son enfant étudie dans un local où il n’y même pas de vitres en plein hiver ? Comment se faire à l’idée de faire ses études de premier cycle dans une salle bondée de huit cent personnes sans que le microphone marche et que le professeur ne daigne même pas de monter un tant soit peu le volume de sa voix ? Pourquoi envoyer son enfant tout juste bachelier dans une structure qui à chaque trouble politique constitue un tremplin tout prêt pour les politiciens véreux et sans scrupules ? Ces questions laissent perplexes bon nombre de parents et enfants. La plupart se trouvent découragés. Pour eux l’université est bonne pour ceux qui n’ont pas le choix, pour ceux qui n’ont pas réussi les concours d’entrée dans les instituts privés. Pourtant ! Pourtant ! Pourtant l’université est inclassable dans toute sa splendeur. Oui, à l’université les matériels sont délabrés, certains élèves sont obligés parfois d’apporter une chaise pour s’asseoir, les cours sont dictés sans que l’on puisse demander de répéter parce qu’on n’est pas assez rapide pour écrire puisqu’on est encore qu’en première année…Mais je vous dis que réussir sa première année à l’université, surtout dans des filières telles l’économie ou la gestion avec ses 1500 camarades de classe, cela vaut un effort équivalent à un cycle tout entier chez les autres. Parce que dans les instituts privés on fait tout pour que les élèves réussissent leur cursus, du moins pour le premier cycle. Les professeurs sont à leur disposition pour toute question que l’on encourage toujours à poser, essayez de faire ça à la fac, vous verrez… Dans ces instituts privés, les cours sont offerts sur un plateau d’argent, les recherches ne sont bonnes que pour montrer un excès de zèle au professeur, pour prendre un tout petit peu d’avance. Faire des recherches ou non, cela n’a pas grande importance, à quatre vingt dix pour cent le professeur se chargera de donner les cours. A l’université les recherches sont la seule solution pour passer au niveau suivant. Les livres sont la plus grande ressource des universitaires. Les universitaires sont obligés de lire, de comprendre et de synthétiser en un temps record des livres volumineux sous peine de ne recevoir du professeur que dix pour cent des cours ou au pire la bibliographie. Tout le monde sait qu’il n’y a pas de contrôles continus à la fac, du moins à Madagascar. Un étudiant ne sait forcément pas où il en est. En bref, à l’université, l’étudiant ne peut compter que sur lui aussi bien dans l’obtention des cours, dans la compréhension détaillée des cours (en fait il faut avouer que les professeurs expliquent quand même assez suffisamment les notions), que dans la manière de s’organiser. Et après me direz-vous ? Il est vrai que peu réussissent ce parcours exceptionnel du combattant, surtout chez nous. Serait-ce une raison pour dénigrer l’ensemble de la structure ? Objectivement, je pense que non. Indéniablement ce sont les meilleurs qui sortent de l’université avec une maîtrise. Ils ne sont pas simplement bon intellectuellement, ils sont aussi devenus très organisés, débrouillards et ont su atteindre un but grâce à leur voie propre. Les sortants de l’université sont capables de s’adapter partout. Et si vous avez réussi à survivre dans une université malgache, vous survivrez partout. Et le savoir-faire, et le savoir-faire ? On ne peut pas cacher que les élèves des instituts privés jouissent d’une certaine aisance dans la prise en main de leur premier job. Par exemple, les élèves de l’INSCAE sont réputés être très forts en comptabilité par rapport à tous les autres, ceux de l’ISCAM sont plutôt plus marketing et tout ce qui touche la communication. Mais ces élèves là, et je sais de quoi je parle, ne sont bons que pour faire exactement ce que l’on leur a appris. C’est pour cela, par exemple, que la majorité des experts comptables sont des anciens de l’INSCAE. Parce que la comptabilité était leur raison de vivre dans cet institut. Vous trouverez rarement des anciens de cet institut qui font autre chose que la compta ou l’administration à la française, je veux dire bureaucratie et paperasses de toutes sortes. La polyvalence n’est pas le point fort de ces derniers, voilà sans doute pourquoi ils sont très peu à l’ENAM. Les élèves de l’université par contre sont forcément polyvalents par rapport à ceux des instituts privés. Les employeurs savent tous que ces derniers sont formatés pour le côté technique et pratique. Les formations dispensées dans ces établissements sont très proches des formations professionnelles parce que la pratique prime de beaucoup sur les théories fondamentales.
      Pour être objectif il faut dire que les instituts privés,et en l’occurrence l’INSCAE, ont aussi leurs points forts. D’abord ils ne font jamais la grève donc ils ne connaissent aucune année blanche. C’est un point non négligeable.Ensuite les entreprises malgaches les préfèrent largement aux universités (il n’y a qu’à voir dans les parutions des journaux) quand il s’agit d’embaucher des cadres moyens et supérieurs. Pour ce qui est de l’embauche des véritables dirigeants, c’est une autre histoire. Ensuite ils trouvent plus facilement du travail au pays que les universitaires à titre équivalents. Finalement leurs compétences sont plus spécialisés et donc plus orientés vers les besoins spécifiques des entreprises. Mais cette orientation constitue aussi pour eux une prison en verre. Les points faibles existent aussi. Pour ne pas faire long , on va faire court : ils ne peuvent pas se recycler aussi efficacement que les universitaires, ils sont formatés depuis le début , ils ne connaissent pas le véritable sens du mot travail dans son ensemble : ils ne savent pas que le travail commence bien avant le travail rémunéré, ils ne sont pas débrouillards et très peu sont ceux qui peuvent s’autoformer sur le tas ou dans les manuels, ils n’ont presque pas eu d’ennuis dans leur formation puisqu’ils n’ont jamais connu l’année blanche ; ils n’ont jamais été victimes de manque de manuels et de livres ; ils n’ont jamais eu à se lever très tôt pour finir très tard afin d’assister à un cours qui n’a en fait duré que deux heures vu que le professeur n’est arrivé que dans la soirée et j’en passe.
      Mais le véritable point fort de l’université réside dans la valeur de son diplôme. Des études à l’étranger avec une maîtrise de l’université sont plus faciles à aborder qu’avec un diplôme de n’importe quel institut, désolé INSCAE mais je sais très bien de quoi je parle. Vouloir accéder à la Sorbonne avec un diplôme d’un institut privé c’est toute une histoire de procédures, de paperasses, d’équivalence…Et encore si on y arrive , c’est la galère totale. Comment s’adapter à un milieu où le programme de l’année se résume à une bibliographie donnée au tout début ? Comment s’en sortir si les cours ne sont plus donnés sur un plateau d’argent ?

      Bref, si tu veux travailler tout de suite au pays après trois ou cinq ans d’études postbac, choisis les instituts privés. Ces derniers te lanceront plus vite mais pas très loin…
      Si tu penses étudier, aller très loin dans tes études, si tu sais attendre pour gravir les échelons, alors va à l’université. Tes chances de réussir tes études sont moindres par rapport à l’autre alternative mais elles sont réelles. Tu pourras avoir le même poste que si tu étais dans un établissement privé mais il faudra se battre au sens le plus large du terme. Pour te réconforter sache que les organismes internationaux préfèrent les anciens d’universités…

      • Mi

        Dans ton analyse tu compares les élites d’Ankatso avec la masse d’INSCAE. Ce qui est tout simplement incohérent! Dans le cas où cette incohérence n’est pas évidente, je prends le soin de prendre un exemple claire. Prenons deux tirelires qui contiennent toutes deux 20 000 Ar (il en va sans dire que dans ce cas, le contenu des deux tirelires représente EXACTEMENT la même valeur, histoire de mettre en évidence le biais!), en billetage (mot qui, remarque, n’existe pas dans une grande partie des dictionnaires français!), nous avons également exactement les mêmes pièces et billets, c’est-à-dire, 1 x 10 000Ar, 1 x 5 000Ar, 2 x 2 000Ar, 1 x 1 000Ar. Serait-il juste de dire que la première tirelire est meilleure que la seconde car le billet de 10 000Ar dans la première vaut plus que le billet de 1000Ar dans la seconde? Cela dit, effectivement, 10 000Ar vaut plus que 1 000Ar, il n’y a pas matière à discussion.
        Je reconnais moi même que les élites d’Ankatso sont bien meilleurs, et même extraordinairement mieux que les cancres à l’INSCAE! et Vice versa!
        Si tu veux être objectif, il faut comparer la masse avec la masse et les élites avec les élites. Tu parles des élites d’Ankatso, et bien compare les avec les élites d’INSCAE.
        Cette perspective serait plus intéressante et avec moins de biais!
        Je ne sais quelle serait le résultat de cette comparaison, car je trouve que la comparaison en soi ne vaut pas la peine. Un élite, un vrai, sait qu’il vaut mieux combiner les efforts et les esprits plutôt que de dénigrer l’autre et faire des distinctions suivant les origines.
        C’est uniquement lorsqu’on se sent inférieur à l’autre qu’on recherche ce qui est grand en soi et ce qui est petit chez l’autre, pour qu’ensuite, on puisse comparer ce qui ne peut être comparé!
        Sinon, à part ça, vous ferez un bon avocat! Qui sait, c’est peut-être le chemin que vous avez suivi…

      • Penses-tu sincèrement que l’INSCAE mérite une telle considération?

  10. INSCAE

    farany!!!

    Laozy mitomany vatsim-pianarana sy fampitaovana fa aza mianatra e!!
    Laisany mantsy miseho milay loatra ka tsy mety hianatra raha tsy karamaina!!!

  11. pakysse

    INSCAE > raha ny fijeriko ny resakao dia tena tsapa fa irony karazana olona tsy miraharaha ny univertsie irony ary azo lazaina ihany koa fa karzana olona mpanimba ny satria raha tena zohina anie ra inscae dia ireo olo-manga ny firenena dia avy eny Akatso na ny oniversitem-panjaka daholo koa rariny sy hitsiny izahy raha ohatra koa tena oe maneo hevitra satria ita fa dia ny hanimbana ireo taranaka no tena antony no sady ataony inscae inona moa ny vola satria ny ecolage efa lafo be dia tsy azoko oe omena vola ato inona sady rehefa dinihina anie tsy dia olona mahy inona loatra no mivoaka avy eny fa juste irony karazana olona be complexe irony izay manana ecolage fa tsy dia tena oe fahaizana loatra.

    Manarka izay tsy oe olona mpanao getsion daholo akory no miresaka eto fa karazany izay hita fa tsy hananany inscae ihany koa, ary eto am-pamaranana dia miala tsiny aho raha milaza aminao famatoa ny fanajka manao izao dia tsy zakany ny atidohan’ireo mpampianatr sy mpianatra eny @ anjely manontolo dia lasa mitady ny inscae atao allié satria mankony tsy ao loatra raha atao ny dinika aray raha ohatra koa misy ny greve ra insace eny akatso dia tsotra ny antony satria tsy manaraka ny toe tra andro ary tsy mamely ny fampianrana sy ny karaman ireo mpampiantra.

    Tsy aiko tsara raha tsapanao izany resak izany fa aza be resaka oe BADEA sy ny MFB fa mba mandinika tsara alao oe ny antony hanaovany fanajkan izao dia ny hanimbana ny elite izay hita fa impossible sa ahoan hoy ianao?

  12. pakysse

    inscae > Hono oi inona moa ny antony hitenenanao ny anarany ingahy Andriamanjaot fa tsyd ia zokoktsara loatra sa dia fampisehoana ny complexite hanananao izao? asa iza no mahita? ary farany raha mahatsapa iano fa tena olona manga ny firenena dia andao hisalohy tanana ny hanampy ny oniversioten tsika satria tena rariny izao mahao izao sa ahoan?

  13. pakysse

    inscae > Hono oi inona moa ny antony hitenenanao ny anarany ingahy Andriamanjaot fa tsyd ia zokoktsara loatra sa dia fampisehoana ny complexite hanananao izao? asa iza no mahita? ary farany raha mahatsapa iano fa tena olona manga ny firenena dia andao hisalohy tanana ny hanampy ny oniversioten tsika satria tena rariny izao mahao izao sa ahoana?

  14. bitika

    inscae/ azafady indrindra ry ingahy fa fomba fijery ny tokony mba hanampiana ny oniversité-panjakana no natao teto,ary fijery malalaka manoloana ny tsy fitoviam-pitantanana fa tsy nanakiana be fahatany ny fianaranao(INSCAE)… masiaka loatra le vavanao é! de zà koa iteny oe » vidio @ lé ecolage sy lé volabe an’ny ray amandreninao lé diploma » fa ny fahaizanao otran’ « taimborona ».firifiry moa no miseho ho milay eto am tanana fa oe nivoaka tao @ « INSCAE » de mibontsina? ekeko fa misy ny hatrany ny hoe fangatahana fampitaovana satria tsy ampy sosy tsy mitovy am’là ny bandy ka afaka manao zé tiana atao am volan-dray amandreny fa raha hifampitsapa fahaizana de andao hifamotoana é!!!!…. ho hita eo izay « hisongadina » na izaho na ingahy ………

  15. zahoo

    inscae/ankatso/ Nareo reto re de mampihomehy. Raha ny fahitako azy alou de alahelonkanina ny andry zareo ankatso e. Tsy adala anie ny inscaens nisafidy ny hianatra eny @ inscae tsy hoe tsy hitany ny andaniany ny volany fa fantany fa misy valeur kokoa ny diplaoma zaony avy eny. Ary na ny fomba fampianarana eny dia mahomby kokoa satria voaaramaso akaiky ny pianatra. Ary tsy fantatrareo angaha fa misy prof avy eny ankatso ne mampiananatra ao en plus ny sasany avy eny @ université any ampita fa lazaiko aminareo fa tsy mitovy ny résultat. Ny eny ne na de ny prof ara tsy motivé eo ny lafiny karama fa eo koa ny lafiny avy @ mpianatra. Mananihany trop nareo mpianatrankatso. Tsy asianreo sira ny prof efa mila hikoaka mitatatata. Za tsy mandà oe misy elita mivoaka avy eny fa mba firy ny taha? Amzany ny an »ny sasany de faly ny ahazo baoritra fotsiny de mividy bokinolona. Maro anie ny inscaens sady mianatra eny ankatso ka mahay mampitaha tsara ny valeur. Fa raha ianao alou no tafita velona avy ao amin »ny inscae de mahazo midera tena tsara e. Za zao nianatra teny ankatso fa ilaozao manao zavatra hafa toute l »année fa akaiky ny exam vo mijerijery de afaka 1è session iany ne fa any @ inscae rah vo manao kitotoa de exclu ary tsisy antra. Dikany; voasivana ho ny meilleurs no mivoaka @ farany.

    • Sissi

      Tsy haiko aloha ny tsara sy ny ratsy fa je viens de Tamatave, je viens d’avoir mon Bacc et j’ai fais le concours d’entrée en L1 à l’INSCAE. Ofèt, mbola tsy nivaly fa je donnerai tout pour entrer à l’INSCAE. C si évident!
      Ankatso??? Trop 2 fanavakavaham-bolonkoditra!!! Tant que tu ne viens pas d’Antananarivo, T exclu en 1ère année! Zovy marô mila fatin-draha kara zêgny??? Ankatso=Fac D Merina 2 Tanà! Perte de temps pour nous les côtiers. Ka ra possible ny ahitana 5 millions dans un an na D lafo ary, vaux mieux miafy question kata sy ny tariny D aller à l’Inscae

      • Citizen Kun

        aleo tsy miteniteny foana fa asiavo porofo rehefa miresaka. Samy manana ny mahatsara sy maharatsy azy ny fianarana rehetra, ary tsy ny inscae sy ny ankatso irery ihany no fianarana misy eto Mada.
        Ny fifaninanana eo @ samy « établissement » sy ny mpianatra nivoaka avy tao koa tsy vao izao vao nisy, koa aoka mba samy haneo hevitra tsara amin’ny maha olona misaina tsara daholo raha azo hatao ô

      • sisi?tafiditra iany enao?:-)ra ilaza ny fihevitro aho dia trotra!samy gasy isika ka ndao ifanampy hampandroso ny firenena fa ts faly ny hifanakiana!izany koa no toetsain’ny olona endry!!sad ts votery ny manapahaizana ange no manampahendrena e!!!ra ilaza aho dia samy manana ny tombony ireo!samy manana ny mampiavaka azy!izaho manokana defa mandranto fianarana tao am INSCAE fa na izany ary aho dia manohana tanteraka n hevitra fa tokony hatsaraina n oniversiter pajakana fa tsy atao ankilabao kanefa dia manotra tanteraka n hevitra milaza fa tsy polyvalent ny pianatr n INSCAE fa tsy mjery n tenako fotsny aho dia sahy milaza fa tsy misy polyvalent noho y tenako angamba!:p!ny tsara hamarinina koa dia ny INSCAE dia semi privet mety ho diso ny ambarako fahitsiho aho ra diso!sady tsara hamarinina koa fa ny fanaratsiana dia miainga avy aminy olona kely saina ka tsy anakiana ny tenako filaza fa samy mahay isika ka tokony hifanampy hapandroso ny firenetsika!
        >mpitantana orinasa/firenena atsy ho atsy!

  16. Anonyme

    pakysse> Correction « Anjery manontolo » fa ts « anjely »!!! « recherche » fa ts « ange »
    pakysse> enao nilaza fa ny olo-mangan’ny firenena d avy eny ankatso daholo, mety ho marina zany, fa izahay institut sortant institut privé dia ireo olona mampiodina ity firenena ity satria izahay no tompon’ny niveau fa ts ny avy eny ankatso!!! miala-tsiny!!
    izao manokana dia nianatra en parallèle teny ankatso (Gestion) sy tany @ institut privé (Informatique) fa ny eny ankatso dia tsizarizary ny fampianarana!!! miditra @ 12h ka hatramin’ny 18h ny cours (3 matières) tonga ny prof @12:30 dia mirava @ 13:45, ny prof manaraka tonga vers 14:15 d mivaoka @ 14:45 satria hono mitabataba bé laotra ireo ankizy eny @ bafond, dia ôtran zany faona ny niainana tany!!!
    ekeko tokoa ny voalazanao oe ny mpitondra firenena dia sortant an-ankatso, fa ny fanotaniana, sao dia izy sortant an-ankatso io mihintsy no mahatonga ny firenen-tsika hikoroso fahana tahaka izao é??? satria ankantso = bordel + indiscipliné + manque de savoir vivre + je ne sais plus koi, fa ts fahaizana mihintsy!!!

    • Citizen Kun

      Mety ho marina ny teninao, fa mba tsarovy kely fa tsy tokony hatao iray baoritra ny mpianatra sy ny fomba fandrindrana ny fianarana.
      Efa tsy fidiny ho an’ireny mpianatra ireny no miaritra ny korontana any koa inona koa no mbola hanindriana izany ; samy mihezaka ny mba ho tafavoaka daholo angé fa tsy hoe rehefa ratsy ny trano misy anao dia ratsy koa izany ianao.
      Rehefa hitanao fa tsy dia tsara ho anao ny any ankatso, dia ndana any amin’ny hafa fa tsy manambany olona moramora fotsiny ohatr’izany

  17. pakysse

    @M je suis tout a fait d’accord avec ton raisonnement et ton analyse.

    Merci a toi

  18. M

    la comparaison est à redire? sauf qu’elle est , je pense, plutot bien jaugée…
    comparer élites d’ankatso à élites de l’INSCAE. cela est un non-sens pur et simple. la soi-disant masse de l’inscae n’est pas une masse puisque c’est un institut où pour étudier il faut passer un concours….normalement donc, et c’est ce que veut ses dirigeants, l’inscae doit ne recruter que les meilleurs parmi la masse. logiquement dans cette optique l’inscae doit largement l’emporter. pourtant ce n’est pas le cas…
    mais peut etre que pour affiner l’analyse on doit comparer les pourcentages de boursiers pour l’étranger, de cadres sortants, de l’amélioration et de l’avancement de carrière, des chomeurs (la dessus j’avoue ankatso est premier!!!), l’intelligence
    une dernière chose qui des deux permet le plus une amélioration nette du niveau de vie de l’étudiant? ankatso reçoit des malgaches venant de la brousse:fandriana, taolagnaro et autres coins défavorisés pour en faire des intellects largement audessus de leurs parents. l’autre reçoit des fils de dg, de daf, de cadres pour en faire logiquement des pdg, des présidents…lol

    sur ce salut!!

  19. pakysse

    Euhh… c’est dommage qu’une personne dotée d’une intelligence comme la tienne réagisse de la sorte mais bon complexe oblige non?

    Sur ce a très bientot

  20. Alumni

    Petite rectification : il n’y a jamais eu de président de la république sortant de l’INSCAE en ma connaissance.

    Pour apporter un peu d’eau au moulin, le clash entre instituts de formation privés et établissements universitaires publics est similaire au cas des écoles de commerce et des universités publics en France. En France, les sortants des écoles de commerce (HEC, ESC, ESSEC, etc.) sont chouchoutés par les entreprises et ont une meilleure propension à l’embauche.

    J’ai actuellement la chance de capitaliser tous mes acquis et travailler à mon propre compte. J’ai fait le choix d’effectuer tout mon cursus supérieur à l’INSCAE. Mais j’ai également beaucoup de respect pour les étudiants de l’université d’Ankatso (j’ai eu beaucoup d’amis qui y ont étudié). Le problème du système éducatif dans les universités malgaches (je ne parle pas d’Ankatso uniquement) c’est qu’elles se cantonnent surtout à être des réservoirs de « cerveaux », des centres de recherche. Utile pour développer la nation. Une formation très académique et moins spécifique en fin de cursus (option « marketing », option « finance », etc.). Alors qu’à l’INSCAE (je dis INSCAE car je ne pourrais être catégorique pour les autres établissements d’enseignement privés de la capitale), on te donne davantage d’outils pour une meilleure insertion dans le monde du travail, avec une spécialisation plus ciblée en fonction de ton domaine de prédilection (il n’empêche, tu est sensé avoir les bases communes nécessaires). Donc encore faut-il que le gouvernement malgache revalorise le statut des chercheurs malgaches (je ne vois pas l’intérêt d’être enseignant-chercheur si tu ne perçois aucune aide dans tes recherches, tu n’as pas les moyens de t’ouvrir ou de participer à des travaux scientifiques internationaux, et pire encore, tes travaux restent tapis au fond d’une étagère mais ne trouvent aucune utilité pour le pays… ‘Docteur’ pour le titre !). Je ne rejette surtout pas la faute aux étudiants ou aux enseignants (ils ne sont que les victimes des failles dans le système). Je jette tout le discrédit sur le système (entendez par là le système éducatif malgache depuis les régimes qui se succédés). Cela nécessite une refonte en profondeur. Un grand chantier. Que les formations soient adéquates aux besoins du pays et que le statut de chacun soit valorisé comme il se doit.

    Je me permets d’apporter quelques explications sur INSCAE dans la mesure où ce sont souvent les préjugés qui devancent les analyses objectives. Et je pense que c’est tout à fait normal.

    L’attitude arrogante des étudiants de l’INSCAE (soyons clairs, pas tous, ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain !), je confirme ! A l’INSCAE, dès la 1ère année (L1 ou session 1), on te mets dans la tête (appelez ça lavage de cerveau si vous le voulez) que tu as été selectionné parmi des milliers dans tout Madagascar et que ta place il faut la mériter. A l’INSCAE, on t’inculques le fait que : « tu n’es pas destiné à travailler en bas de la hiérarchie mais tu es fait pour diriger des personnes, à rameuter du monde pour atteindre un objectif commun. » N’en convient, les étudiants de l’INSCAE ne cessent de se référer aux modèles de réussite de leurs aînés, tout domaine confondu, éparpillés géographiquement. Et les formateurs, en racontant leur success story (je vous raconte tout ça puisque je fais partie de ceux qui ont été sensibles à ce genre de discours) font envier les jeunes étudiants… A l’embauche, force est de constater que bon nombre de DRH vont être confrontés à des jeunes diplômés qui se surestiment au niveau de la prétention salariale (bon ou mauvais, à vous d’en juger). Mais il existe aussi une partie de ces étudiants qui exhibent cette arrogance de manière déplacée vis-à-vis de leur entourage (« miseho milay »). Ca existe, mais encore une fois, pas tous !

    J’ai vu dans un commentaire précédent, que les gens perçoivent l’INSCAE comme une école pour former des experts-comptables surtout. Pas faux. L’attitude qui découle de la perception des gens de l’établissement provient du fait que l’INSCAE a encore du mal à se détacher de l’étiquette qu’elle s’était collée dessus depuis sa création au début des années 80 : la comptabilité. Elle s’est et s’illustre encore beaucoup dans ce domaine. Mais l’INSCAE a beaucoup évolué. Dans une optique de développement, hormis le pôle finance & compta, il intègre désormais un pôle « administration d’entreprises » (il délivre des diplômes de niveau master en gestion bancaire, finance, contrôle de gestion ou encore audit… mais aussi des diplômes en marketing et stratégie, commerce international, et là, tout récemment grâce au partenariat avec une business school étrangère, je viens d’apprendre l’ouverture d’un master management international). L’INSCAE a choisi une stratégie de communication particulière. Si vous avez remarqué, il fait moins de pub intempestive dans les médias comparé à d’autres instituts supérieurs privés (sauf peut-être les avis de concours dans les journaux et les modules de formation en perfectionnement aux affaires, mais ça c’est toute une autre histoire). Il s’appuie sur sa notoriété (je ne sais pas si finalement ça suffit) et la force de son réseau (anciens/alumni + entreprises partenaires). Il parait alors justifié que peu de personnes connaissent ou perçoivent l’expertise en marketing, en stratégie d’entreprise, etc. Je suis moi-même diplômé en marketing & stratégie, et l’INSCAE ne cesse de communiquer (à sa manière) pour la promotion de cette filière encore très peu connue.

    « une école de bourges » –> pas tout à fait faux. Mais encore une fois, évitons de généraliser. « on achète le diplôme » –> NON . Personnellement, moi qui écris ce commentaire, je n’ai AUCUN membre de ma famille qui occupe ou occupait un grand poste à responsabilité (entendez par là : DG, directeurs, encore moins ministre…). Je ne conteste pas le fait qu’il y ait beaucoup d’enfants de dignitaires à l’INSCAE, mais comparés à la ‘masse’ (il était question de « masse » tout à l’heure), ils représentent moins de 5% de l’effectif total des étudiants. Moi (et je ne suis pas le seul), je considère mon cursus à l’INSCAE comme un investissement (point de vue de gestionnaire, oui). J’ai décidé d’investir une (énorme) somme dans mes études car j’étais convaincu qu’au bout du tunnel, cette somme investie sera largement amortie lorsque je vais me retrouver sur le plan professionnel. Loin de vouloir personnellement dénigrer d’autres établissements, j’en connais d’autres qui correspondent plus au descriptif que vous avez faits… Parenthèse close.

    La question de la validation du diplôme à l’étranger, c’est plus nuancé. Je suis d’accord que rien de vaut un diplôme délivré par l’université publique, et avec le foisonnement d’écoles supérieures privées, cette histoire d’accréditation et d’homologation devient encore plus compliquée. Pour ce qui est de l’INSCAE, l’INSCAE a fait le choix de collaborer avec des universités étrangères. Il y a eu l’UQTR Québec dans le passé, l’IAE Lyon, l’université Paris Dauphine / Paris XII et maintenant surtout l’IAE Poitiers. Le diplômé de l’INSCAE en cycle master sort avec deux diplômes en poche : celui de l’INSCAE (homologué et reconnu par la fonction publique malgache, ainsi que par ‘certains’ établissements étrangers moyennant un test d’homologation (c’est selon)) et un diplôme délivré par l’établissement étranger (IAE Poitiers etc.) donc pour continuer ses études ou entamer un carrière professionnelle à l’étranger, je ne pense pas que ce soit réellement un problème désormais. Si l’INSCAE a eu la possibilité de travailler avec des établissements étrangers et renforcer les méthodes pédagogiques (innovations dans l’enseignement, séminaires, échanges, etc.), c’est dû au fait qu’il a su intégrer des standards internationaux dans son système d’enseignement. Je pense que c’est surtout grâce à l’initiative de la direction de l’INSCAE lui-même (gestion autonome) et non forcément avec l’aide de l’Etat malagasy.

    Peut-être une des solutions entre la rivalité filière ‘Gestion’ de l’Université de Tana et les écoles de gestion privées serait de doter l’Université d’un pôle de gestion qui arriverait à concurrencer ces dernières au niveau de l’offre (qu’elle corresponde à la demande), une sorte de mini école de commerce sur le modèle des IAE qui sont une ramification de l’université publique mais constituent aussi une concurrence sérieuse aux instituts privés (cf. http://www.letudiant.fr/etudes/ecole-de-commerce/iae-institut-d-administration-des-entreprises-les-autres-ecoles-de-management-11958/cout-services-payants-et-disparites-dans-les-iae-17843.html). Leur coût réduit pour les étudiants pourrait être une excellente alternative aux coûts prohibitifs des écoles de commerce privées, mais pourtant, ils vont prodiguer à peu près le même type d’enseignement, répondant à la principale demande du marché de l’emploi à Madagascar. Mais bon, cela relève encore d’un certain nombre de contraintes mais surtout de la bonne volonté de la part de nos dirigeants.

    Ma vision d’ (ancien) étudiant de l’INSCAE : je me considère toujours comme étant un ‘privilégié’ (car je suis conscient que beaucoup n’ont pas eu cette chance de débourser des millions de francs malgaches dans leurs études et que l’entrée est très sélective au niveau du concours d’entrée ou des tests de sélection oraux / écrits). Mais que tu sois sortant d’Ankatso, de l’INSCAE, de l’IMGAM, de l’ICM, de l’ISCAM, de l’UPRIM, de l’ACEEM, … de tout ce que vous voulez, tant que tu ne sais pas capitaliser tes acquis ainsi que tes compétences et que tu ne sais pas te mettre en valeur une fois arrivé sur le plan professionnel, le diplôme inscrit sur ton CV ne servira à rien. Il faut aussi beaucoup de pragmatisme dans la vie. Et la polyvalence, ça se cultive en étant ouvert sur tout. C’est avec un esprit ouvert qu’on peut être à même d’accepter et être un vecteur de changement.

    J’ai été peut-être assez long mais je pense que cela a été utile pour corriger certaines perceptions.

    Cordialement

  21. pakysse

    @alumi Merci beaucoup pour ta contribution.

  22. @Alumni : diplômé de marketing & stratégie à l’INSCAE ? Attendons la soutenance du mois prochain ;-))) je confirme que cette école ne fait pas trop de pub pour cette section, ô combien fort intéressante.

    En tous les cas, il est évident que dans l’université publique et les privées, de nombreux jeunes font preuves de leur débrouillardise et de leur volonté d’appréhender le monde qui les entoure. J’ai eu en stage et collaborateur des personnes de MISA, ISCAM, ENI, ISPM, UA, ACEEM, POLYTECH, INSCAE… sans toutes les citer. Et beaucoup savaient se mettre en valeur, d’autres pas. Certains ne voient pas plus loin qu’un CV formaté par leur école, sans se vendre sur le terrain, d’autres font preuves d’initiative.

    Vivement l’instauration d’une culture pour tirer l’enseignement supérieur vers le haut au niveau national, plutôt que ce déballage outrancier de moyens au niveau local.

  1. 1 (eng) January Selection

    […] HELP ! SOS Teachers     from Pakysse I want to talk about the teachers in Antananarivo University Ankatso because as a student I feel No Comments, Comment or Ping […]




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


  • Catégories

  • RSS Pakysse au somment de l’ONU sur le Changement Climatique

    • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.
  • Foko on Twitter

  • RSS Foko Blog Club

    • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.
  • Commentaires récents

    pakysse sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    fnavalona sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    doda sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Anonyme sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Bisa sur DIASPORA MALAGASY: Aza omena a…
    jose sur Ny mpiambina ny tananako dia t…
    Prysca sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    anjara steven sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    ralooo sur Iza no mbola mila any RAJOELIN…
    raloo sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    ralooo sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Abi sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Joany sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    fnavalona sur TRANO BE ANY ANDRY RAJOELINA A…
    Anonyme sur Iza no mbola mila any RAJOELIN…

%d blogueurs aiment cette page :