Christine Razanamahasoa, Haja Resampa et Jao Jean: Trois noms de chenapans hors pairs

En regardant la qualité et la quantité du MAPAR (nouvelle plate-forme politique de l’ancien putschiste d’Andry Rajoelina), il n’y a que des hommes politiques malhonnêtes et dépourvus de consciences qui la garnissent. Nous allons, citer et prendre exemple sur quelques uns de ses membres. La façon, dont ils ont géré et conduit les affaires de l’Etat, durant le règne du Disc Jockey. Ainsi, que la réputation qui les précède vous serons décortiquée. Sur ce, pour votre information, je vous invite à suivre avec intérêt les liens introduis dans ce post. 

image

Christine Razanamahasoa: Réputée comme le mal incarné

Ancienne ministre de la justice. Depuis, l’achèvement de Andry Rajoelina, durant le régime de la transition. Cette actuelle, présidente de l’Assemblée Nationale, n’est autre, que cette femme complice de putsch, de tuerie et amie des corrompus. Sans oublier, la dénonciation du département d’état américain, pour complicité et irresponsabilité concernant la traite des personnes à Madagascar. En somme, c’est le mal incarné.

image

Haja Resampa: Spécialiste en appropriation frauduleuse de deniers publics

Ancien Secrétaire General de la présidence de la Transition. Fort, d’une réputation de machiavélique. Proposer son nom comme premier responsable de l’exécutif, est une insulte vis à vis de la population malagasy. Pour la bonne et simple raison que c’est un spécialiste en appropriation frauduleuse de deniers publics.

image

Jao Jean: Célèbre pour son attirance sexuelle envers les adolescents et les enfants

Ancien membre du Conseil de la Transition (CT). Actuellement, élu député de Madagascar sous la couleur du MAPAR. Ce dernier, a été examiné par la justice, à cause de son attirance sexuelle envers les adolescents et les enfants. Comme par magie, l’homme qui a fait la couverture de tous les journaux nationaux, qui devait croupir en prison pour abus sexuel envers des mineurs, a été innocenté par des juges pourris. Tout cela s’est passé, sous les yeux de l’actuelle présidente de l’Assemblée Nationale et ancienne ministre de la justice Christine Razanamahasoa.

Enfin, si je ne m’abuse, Christine Razanamahasoa, Haja Resampa et Jao Jean portent des noms de chenapans hors pairs. En ce troisième millénaire, la population malagasy reste en mode d’hibernation, en terme de lutte contre toute forme d’injustice sociale et de pauvreté. Ceci étant, la question qui se pose est la suivante: "Mérite-t-elle ce genre de considération de la part de nos gouvernants?"

Nos Richards de généraux et de juges

Sans Citer de noms, nous allons remettre les pendules a l’heure concernant la vie de richissime que mène nos généraux et juges ainsi que leur suite et entourage. Se basant sur l’indice le plus élevé d’un fonctionnaire. Et avec toutes les primes que leur offre l’Etat. Par quels moyens et de quelles façons ont ils eu ces avoirs hors de prix nos juges et militaires corrompus?

"Vivons cacher pour être heureux" devraient être le slogan de ces corrompus de militaires et de juges. Aucune peur a s’afficher devant les simples citoyens pauvres et défavorisés, malheureux à cause de la dureté et de la cherté de de leur quotidien.

Aussi intelligent qu’ils sont, pour une bonne gouvernance, pour le prochain président démocratiquement élu, une stratégie des plus simples, afin d’éradiquer le phénomène de la corruption. Dans l’art de diriger une nation, toute classe confondue devrait faire une déclaration de patrimoine.

Si la gabegie était le fort de ce régime de la transition, si la politique de la médiocratie et de la voyoucratie étaient la spécialité de Andry Rajoelina. Un revirement exceptionnel devraient être de mise si on veut que Madagascar retrouve une image digne de son potentiel.

A new beginning ?

200-1uqJr3.St.55

Photo courtesy: The Associated Press

Here we are at the early aftermath of a long awaited election day. The 25th of october 2013 regardless of the results was a momentous day for Madagascar. 7,8 million Malagasy citizens to elect their new President amongst 33 candidates. The elections went on smoothly without any major incidents other than disturbance caused by the infamous cattle robbers. Particularly, one attack in the South Ranotsara in the district of Benenitra which temporarily disrupted the elections. But order was quickly restored according to reports by the independent national electoral commission (CENIT).

The CENIT announced the latest results at At 5 45 am: Ravalisaona Zafisolo first in line, Rajaonarimapianina Hery Martial runner up and Rabeharison Roland Dieu Donné (Vahombey) third.

Many, but not all believed an election was a way out of the bitter 4 years of transitional government. Still on the eve of the elections Andry Rajoelina, President of the transitional government, in a poised and calculated manner reminded the country of the importance of a devoted leader to Madagascar. Ironic, when the last 4 years led to a rapid economic downturn result of an endless struggle for power between opportunistic political leaders.

Will this be the end?

 End of a transitional government perhaps. Unfortunately, it was marked by greedy, selfish leaders who damaged the political, economic and cultural state of the country. Malagasy people have been denied their basic economic, social and cultural rights.

Needless to say, the new President will be faced with a population anxious and impatient for change. Change in almost every aspect of their lives.

Madagascar’s political life is undergoing another turning point, dragging along with it hopeful Malagasy. Anticipating for brighter days to follow. Wondering whether this is the beginning of a constitutional order.

Michaella