It should be a bombastic investigation

Shocked …. the Malagasy were left on 25 January following the inaugurals.

The new president Hery Rajaonarimapianina was welcomed by a scandal. One that claimed the life of an innocent two years old and injured 37 other from a grenade explosion at a bus stop. It was reportedly initiated by a white man in a 4×4 or on foot. The facts are unclear. It happened 200 yards from the swearing in ceremony. Immediately following the blast it was still too early and too sensitive to jump into conclusion. However, with a few days to gain some perspective it is time to question, set the facts straight and investigate.

The innocent victims were rushed to the emergency.
Flowers were left in remembrance. Buzzes were launched in social media such as facebook and twitter. Eager to find out more, we have been closely monitoring the media. Surprisingly the news did not make the headlines the next day. Information are trickling down but nothing sufficiently clear to draw any conclusion. Needless to say such crime cannot be left unpunished. As it stand a serious investigation should be carried out. In fact it is an opportunity for the new government to demonstrate its commitment to end impunity. The media is already using powerful terms such as "Terrorism." Isn’t that too extreme without clear investigation? Terrorism is defined as "the use of violence and threats to intimidate or coerce, especially for political purposes." Thus a political element must be proven. If it is politically related, one can only wonder what the verdict would be.

The press reported a 4×4 driven by military personnel visiting Antanimora, the capital’s prison, to free theirs friends. When asked whether they had a decision issued by the tribunal that would allow their action, they were unable to produce one. The situation was so confusing that following an emergency meeting chaired by the leaders in the military a number of military personnel and civilians were thrown back into prison. They were freed again later during the week. Apparently they negotiated between themselves so as to avoid any escalation of violence. Between the uncertainty of the investigation, the shock of the loss of a two year old’s life, the too many victims fighting for survival, the tragedy and the story continues to unfold with pieces of information in the media.

Whether politically motivated or other these victims deserve more than just flowers. The population need to be reassured that their newly elected President is truly committed to ending impunity for such crimes. Ceasing political episode which was led by savages abusing power and authority. Time ! It is time for real change. Where art thou Mr President ? Rendering justice to innocents is your first test.

Michaella

Merry Crisemafy !

Image

Photo source: AFP

I am the winner 

Madagascar’s historically awaited 20th of december election day took place in a calm atmosphere. It was the day of the run off between the two candidates, Hery Rajaonarimampianina and Jean Louis Robinson. They are backed by the two titans of Malagasy politics President Andry Rajoelina and ousted former President Marc Ravalomanana.

There were reports of violence in the South, namely in Ikalamavony, Betroka and Midongy Atsimo. Dahalo, bandits, threatened a member of the CENIT and destroyed ballot boxes. Apart from a few incidents of violence the rest of the island was peaceful. The streets of the capital was deserted as citizens walked to their election point to cast their votes. In the evening, both candidates celebrated early victory when the first results were announced.

The suicidal debate

The last day of campaigning was concluded by a heated debate between the two candidates. At the time, Robinson was ahead by a few percentage not much but still ahead. Sadly, for Robinson he was attacked by a question leading him to reveal that he is a Free Mason. Thus committing political suicide. The majority of Malagasy have an unforgiving policy toward Freemasonry. The end of the debate left many focused on that one and only slip up, especially since Robinson benefited from a strong christian support. Many share the view that it was a setup. A fact we cannot confirm but only suspect.

The day following the elections were still peaceful, though presence of police and gendarme noticeably increased. International observers report a transparent elections yet rumors of pre-ticked ballots for the candidate Hery Rajaonarimanpianina worry many voters.

 In the name of transparency

 At present the real results of the presidential run-off remain unknown. Those of the legislatives are slowly revealed. The atmosphere remain calm but somewhat tense. Four days following the elections, Robinson, the candidate backed up by ousted former President Ravalomanana complained of election fraud. According to him and his political party they have won approximately 60%. A result he claims he can prove. He warned against illegal acts perpetrated by incumbent President Andry Rajoelina to influence the polls. He announced that they are manipulating the choice of the Malagasy people.

 The Independent National Electoral Commission of the Transition, CENIT, which is an independent electoral body funded by the United Nations supervised the 20 115 polling stations in the country. The Southern African Development Community, SADC deployed 256 observers dispatched in 22 regions of Madagascar. The EU Election Observation Mission, UE-EOM deployed 42 long-term observers and sent teams composed of their observers and national observers covering several regions including remote areas of the country.

 CENIT is in it

Robinson denounces that the CENIT is involved in the fraud and that he has proof of his victory. He threatens criminal prosecution of those who perpetrated the fraud. He requests the resignation of Beatrice Attalah head of the CENIT. In the alternative that she be assisted by a “co-head”. As for the rest of Robinson’s political party, they refuse to be inactive. Their headquarter continued to receive minutes of the results. On the 24th they reported 57,37 % to Robinson and 42,65% to Rajaonarimampianina. That been said the official results will be that communicated and counted by the CENIT to be validated by Madagascar’s Electoral Court, CES.

 The battle of the numbers continues. Once again the population feels manipulated by their own leaders. The elections were meant to be an exit, an end of political crisis not the spark of another one. Where are we heading if our next President comes to power through a malicious process?

In the hope that the choice of the people will be respected, that there were no such massive electoral fraud. The people voted, let their voices be seen through the true results. In spite of these rumours and worries; knowing the Malagasy population, christmas is a day of celebration and fihavanana.

 Merry Christmas and not Crisemafy Malagasy brothers and sisters ! 

 Michaella

US EMBASSY MADAGASCAR : Eric Wong et Brett P Bruen apportent leur soutien dans la résolution de la crise politique malgache


Eric Wong et Brett Bruen

En dépit de la peine des politiciens malgaches a trouvé un accord pour la stabilité politique. La première puissance mondiale, par l’intermédiaire de ses représentants, à savoir le chargé d’affaire Eric Wong et le conseiller à la communication et aux affaires culturelles Brett P Bruen partagent leur point de vue par rapport a ce qu’est un Etat de Droit.

Ces derniers ont multipliés leurs interventions par l’utilisation de la Nouvelle Technologie de l’Information et de la Communication et des média traditionnel, qu’il serait temps d’arrêter de prendre la population malgache pour des ignares et détruire Madagascar à des fins personnelles.

Pour la première fois, depuis la prise du pouvoir de ce putschiste d’Andry Rajoelina, les américains se sont déplacés pour rencontrer le chef du gouvernement. Si on interprète ce geste du pays de l’oncle Sam diplomatiquement parlant, c’est un soutien au Premier Ministre de consensus de la Haute Autorité de la Transition.

Pourtant, un rapport émanant du département d’Etat américain concernant les droits de l’homme et de la démocratie coïncide avec la visite des deux hommes forts de l’ambassade des Etats Unis d’Amérique de Madagascar à Mahazoarivo. Surement que ce n’est pas le fruit du hasard si ces représentants de la diplomatie américaine ont exercé cette mission, car aux yeux des simples citoyens, ce fut un geste noble de leur part.

De ce fait, on attend plus que la bonne volonté de toutes les parties prenantes à cette crise pour trouver une issue intelligente et durable pour notre devenir. Une problématique reste pourtant à résoudre par rapport a la voracité et l’appétit incessant dans l’art de gouverner de tous les politiciens ratés de ce pays, celle d’acquérir la mentalité de s’engager à vouloir adopter une attitude digne de ce millénaire.

Quand Diplomatie Rime Avec Culture: US Embassy Madagascar

Quand la culture devient le porte parole de la diplomatie.

A travers son allocution, Eric Wong, le premier responsable de la diplomatie américaine à fait savoir que la place de la culture est très importante pour le pays de l’oncle Sam.

Ensemble pour la protection de l’environnement!

Eric Wong, Chargé d’Affaires de l’ambassade des Etats Unis d’Amérique à Madagascar!

Rija Tahiana et Christian du groupe RTA

L’assistance!

Miando la miss!

Jentlisa (blogueur) avec sa femme!

Narindra de Vox Pop!

Notre très chère Oelisoa!

Miando (MISS RTA 2011) et Pakysse: Même combat pour la protection de l’environnement!

Eric Wong et Brett Bruen!

Lors de son discours de fermeture, Brett Bruen a offert une bourse d’études pour Narindra.

Narindra recevant son cadeau de la part de Eric Wong!

Photo de famille!

Discours et Photos lors de la célebration du 234ème anniversaire de l’Indépendance des Etats-Unis à l’Ambassade à Andranoro

Discours du Chargé d’Affaires a.i. Eric W. Stromayer


lors de la célébration de la 234ème anniversaire de l’indépendance des Etats-Unis

le 1er juillet 2010-07-01

Excellences, Mesdames et Messieurs et chers Concitoyens,

Fifaliana lehibe ho ahy ny mandray anareo eto amin’izao fankalazana ny faha- efatra amby telopolo sy roanjato taonan’ny fahaleovantenan’i Etazonia izao.

Araraotiko koa izao fotoana izao hiarahabako ny Malagasy tonga eto noho ny faha-dimampolo taonan’ny fahaleovantena Malagasy izay nankalazaina tamin’ny Asabotsy lasa teo.

C’est un plaisir pour moi de vous accueillir ici pour célébrer ensemble avec nous le 234ème anniversaire de l’Indépendance des Etats-Unis.

Je voudrais également profiter de cette occasion pour féliciter les citoyens Malagasy ici présents pour le 50 ème anniversaire de l’Indépendance de Madagascar célébré samedi dernier, et saluer nos voisins du Nord car c’est aujourd’hui la fête nationale du Canada aussi!

Le quatre juillet 1776, la Déclaration de l’Indépendance a reçu l’approbation du Congrès Continental à Philadelphie. Ce jour, partout dans notre pays, les américains célébreront cet événement par des retrouvailles de toutes les communautés, marquées par des défilés et des feux d’artifices.

C’est une occasion de fête, mais c’est également un temps pour réfléchir sur qui nous sommes exactement et à quelles valeurs nous, en tant que nation, aspirons.

Les Etats-Unis d’Amérique d’aujourd’hui est une nation où coexistent différentes cultures, plus que jamais au cours de son histoire. Actuellement, 13 pour cent de mes concitoyens sont nées à l’étranger, le chiffre le plus élevé depuis 1890.

La tolérance vis-à-vis des différences, à savoir la religion, l’ethnicité, les opinions, les origines ; et les opportunités que cette tolérance offre, sont des valeurs qui ont, par le passé, attiré beaucoup de gens vers nos rivages et qui continuent de les attirer. La liberté de parole et d’expression sur laquelle repose la tolérance est essentielle dans une société libre.

L’intolérance et l’intimidation n’ont pas leur place dans une société démocratique et libre. Pour préserver et promouvoir les valeurs et aspirations démocratiques, notre nation s’investit continuellement dans l’éducation civique, surtout chez les plus jeunes et les nouveaux citoyens, pour s’assurer que la génération suivante ait le même sens des valeurs et soit aussi bien préparée que celles d’avant qui se sont tant sacrifiées pour préserver ces libertés essentielles chez nous et dans le monde entier.

Sans ces valeurs, notre nation, composée actuellement de 50 grands Etats dont les drapeaux sont exposés ici, serait devenue une mosaïque de petits pays séparés. Au lieu de cela, et pour refléter notre diversité il y a 234 ans, comme aujourd’hui, le sceau national que vous voyez sur la première page du programme, porte la devise e pluribus unum, “de plusieurs, nous sommes un”, qui résume l’essence des Etats-Unis.

Nous, Américains, avons un profond respect pour notre Constitution établie en 1787, et pour l’état de droit. Les institutions démocratiques fortes, marquées par un juste équilibre des pouvoirs, sont le reflet de la loi qui repose sur la volonté de tout un peuple et non sur celle d’un seul individu. Au contraire, elle est renforcée par des systèmes transparents où  nul n’est au dessus de la loi et où tout le monde bénéficie de sa protection, y compris le droit d’être libre de toute poursuite et arrestation arbitraires et de toute discrimination.

La Démocratie est un processus et non un événement. En ce qui nous concerne, notre Constitution a fait l’objet de 27 amendements, et une affreuse guerre civile a eu lieu de 1861 à 1865 faute de parvenir à un compromis.  Depuis cela, nous acceptons les différences de points de vue car, en effet, c’est grâce à la différence d’opinions, à la tolérance et finalement à un compromis que nous avançons, même aujourd’hui, selon les propres mots de notre constitution, vers “une union plus parfaite”.

Lors de son discours en Juillet dernier devant le parlement du Ghana, le Président Barack Obama est parti du simple principe suivant : ‘L’avenir de l’Afrique est entre les mains des Africains’. De même, le futur de Madagascar est entre les mains du peuple Malagasy.  Il a poursuivi en disant que “Au 21ème siècle, les institutions compétentes, transparentes et dignes de confiance sont les clefs du succès – à savoir des parlements forts, des forces de police honnêtes, des juges indépendants ; une presse indépendante, un secteur privé productif, une société civile. Ce sont les éléments qui donnent vie à la démocratie et qui sont importants dans la vie quotidienne du peuple.”

Les Etats-Unis a eu des moments difficiles dans son histoire et est devenu une nation prospère. Madagascar le peut aussi.  Le Président Barack Obama, dans son message de la semaine dernière au peuple Malagasy, regarde vers l’avenir en disant que les Etats-Unis “reste engagé dans l’appui d’une résolution consensuelle et inclusive pour sortir le pays de cette impasse politique qui coûte cher à la nation … (dans l’espoir que)…le peuple Malagasy puisse recommencer à jouir des avantages d’un gouvernement stable, élu démocratiquement dans l’avenir et au delà.”

Pour avancer dans cet objectif, je suis fier que les Etats-Unis continuent à être le premier partenaire d’aide bilatérale pour Madagascar.

Cette année, notre programme bilatéral annuel s’élève à 81 millions de dollars, sans compter nos importantes contributions dans les institutions financières internationales telles que la Banque Mondiale, le FMI, la Banque Africaine de Développement, et le Fonds Monétaire International. Notre aide bilatérale consiste en des efforts ciblés pour l’éradication du paludisme; les programmes d’alimentation en eau potable et d’assainissement en faveur de la majorité des Malagasy qui n’y ont pas accès; et des activités de plusieurs millions de dollars pour améliorer la santé et la nutrition des femmes et des enfants Malagasy particulièrement vulnérables.

En effet, lorsque Madagascar aura de nouveau un Gouvernement Démocratique, je prévois une augmentation de notre engagement par le renforcement des programmes déjà existants et par le retour d’autres programmes.

La participation des Etats-Unis à Madagascar se manifeste de différentes manières.   A part la représentation officielle, elle est composée du Corps de la Paix, de plusieurs partenaires de l’USAID dans le secteur de la santé et de l’aide alimentaire, ainsi que d’une représentation de notre Chambre de Commerce qui, chacun à sa façon, contribuent à la promotion d’une plus grande transparence et d’une concurrence économique qui mènent à la croissance, sans oublier les personnes privées qui travaillent dans maints différents secteurs.

Pendant cette célébration de l’indépendance des Etats-Unis, permettez-moi de vous faire part de cette pensée. Cette crise Malagasy prendra fin. Nous en sommes sûrs. Madagascar est un pays d’une immense beauté, avec des citoyens responsables et travailleurs, des ressources et des perspectives dont beaucoup de nations peuvent seulement rêver.

Robert Kennedy a inspiré  le peuple américain quand il a dit “Certaines personnes voient les choses telles qu’elles sont et se demandent pourquoi? Je rêve de choses qui n’avaient jamais existé et je me dis pourquoi pas ?” Dans le même contexte, certaines personnes voient Madagascar tel qu’il est et se demandent pourquoi ? Nous avons besoin de rêver comment Madagascar pourrait être et dire pourquoi pas ?  C’est le défi que mes collègues et moi-même au sein de la mission américaine relèveront avec le peuple Malagasy – pour réaliser ce “pourquoi pas”. Cela ne se passera pas en une nuit, ou du jour au lendemain, mais cela aura lieu.  Nous en sommes certains.